Histoire de la Vogalonga

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Histoire de la Vogalonga

Message  marc le Ven 22 Fév - 16:29

Histoire de la Vogalonga

La Vogalonga après plus d’un quart de siècle d’existence fait désormais partie de l'histoire vénitienne et de ses manifestations typiques tendant à devenir l'élément central de toutes les activités du printemps.


On doit avant tout se souvenir du caractère de la Vogalonga, créée par la volonté des vénitiens et soutenue toutes ces années par le seul concours de ses participants, sans aucune aide publique ni surtout sans pollution de sponsors publicitaires. Le mérite d'une organisation aussi atypique à notre époque doit être recherché exclusivement dans la volonté de ses organisateurs :"paron Toni "Rosa Salva.

Le onze novembre 1974, un groupe de vénitiens passionnés de navigation, de la lagune et des traditions de la ville “Serenissima” donna naissance à Burano à une "régate" particulière. Depuis des années, une famille vénitienne, les Rosa Salva, avec un groupe d'amis et de nombreux champions de la rame, organisaient le jour de la fête de San Martino une régate sur des « caorline » à six rameurs.

Les équipages étaient mélangés, hommes et femmes, pour moitié formés de champions même plusieurs fois victorieux de la "Historique" et pour moitié d’amateurs passionnés de la rame. Ce fut pendant le petit déjeuner qui suivit la régate, que fut lancée l'idée de créer l'année suivante, une manifestation non compétitive, sur n'importe quel type de bateau à rames. L’objectif était de transmettre aux autorités de la ville une invitation à s'activer contre la dégradation de la ville, le « moto ondoso » (1) et agir pour le rétablissement de fêtes séculaires et des traditions vénitiennes.

L'invitation fut accueillie avec enthousiasme par les organes de presse locaux, les sociétés de Canotage de Venise et de la province et de nombreux vénitiens attachés à leur ville.

On traça le parcours resté pratiquement inchangé depuis : environ 30 km par les canaux et les lieux les plus agréables et pittoresques de la lagune de Venise.

Le rassemblement des bateaux fut fixé dans le Bassin San Marco face au Palais Ducale le jour de la "Sensa" (Ascension).

Le jour fatidique se retrouvèrent 500 bateaux avec environ 1500 participants.

Après avoir célébré San Marco et Venise fut donné le départ.

A l'arrivée furent délivrées à chaque participant une médaille et une attestation de participation comme souvenirs de la journée et furent en outre attribués (les années suivantes par tirage au sort) des prix.

Parmi ceux-ci, cinq "mascarete", de nombreuses paires de rames et "forcole", coupes, plaques etc., offerts par l’office du tourisme, les journaux locaux, divers organismes et le Comité Organisateur lui-même.

La première édition fut un tel succès qu’il plaça aussitôt la Vogalonga au rang des principales manifestations de la ville. Ce succès alla ensuite en augmentant avec un nombre croissant d'adhésions jusqu'à atteindre le nombre considérable de 1500 bateaux avec environ 5000 participants en 1980.

Par la suite, sur la vague de l’amour retrouvé pour les traditions et grâce au fort attrait pour la sauvegarde de la ville, surgirent à Venise et dans les centres limitrophes, plus de cinquante sociétés de navigation à rame qui, progressivement, se munirent de splendides embarcations de représentation à dix, douze et dix-huit rameurs

Tout cela a fait refleurir un artisanat qui avait quasiment disparu et concernant autant la restauration que la fabrication de bateaux, rames et "forcole".

Ont été reconstruites des embarcations disparues de la lagune depuis des temps immémoriaux, qui auparavant ne pouvaient s'admirer que sur les tableaux des peintres vénitiens du 18ème siècle tels que Pietro Longhi et Francesco Guardi.

Parmi celles-ci, rappelons-nous le "mussin" et la "vipera", ainsi que les "pupparini", "gondolini" et "gondoles de fresco".

Il n'est pas certes pas facile de citer les équipages les plus pittoresques qui ont participé en ces vingt ans à la manifestation, même en considérant le fait que ces dernières années, la manifestation a réuni environ 1500 bateaux avec 3000 participants venant du monde entier.

Rappelons cependant avec une certaine sympathie le groupe des vieux moines allemands sur des canoës à dix rameurs, les chinois avec leurs caractéristiques "Dragon Boat", les équipages anglais des universités d'Oxford et Cambridge avec leurs typiques "canotiers",les étudiants universitaires californiens qui, en quelques jours, ont appris à ramer à la vénitienne, le concurrent vénitien qui dans les deux dernières années a parcouru l'intégralité du parcours à la nage.

Peut-être qu’aujourd'hui, tous les équipages qui se réunissent dans le bassin le dimanche de Pentecôte pour le départ ne sont pas conscients de poursuivre les intentions qui ont créé la Vogalonga, mais leur présence et surtout celle des étrangers, nous font comprendre que l'amour et l’admiration pour notre Venise sont vivants et ressentis même au-delà des frontières. Ainsi, depuis 33 ans, "all’alzaremi" au fatidique coup de canon, dans l'instant magique et émouvant du départ, de la gorge de tous jaillit le puissant et sonore ancien cri des glorieuses galères de la "serenissima" :

"Viva SanMarco".

Traduction "Le Soureillon"

(1) Moto ondoso :

"Un joli nom pour nous parler du mouvement des vagues.
Malheureusement c'est aussi un phénomène créé par les bateaux à moteurs qui passent trop vite dans les canaux, en ne respectant pas la limitation de vitesse maximale fixée à 5 kilomètres par heure.
Le phénomène du Moto ondoso, par sa trop grande répétition le long des façaces, est donc en grande partie à l'origine de la dégradation des pierres et briques des rez-de-chaussées des Palais et maisons vénitiennes."
avatar
marc
Admin

Messages : 17
Date d'inscription : 19/10/2011

Voir le profil de l'utilisateur http://jcka.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum